2013 Ι retour
DE
L’humain spectateur
22.08.2013

Que l'humain soit le thème d'un festival de théâtre semble aller de soi, c'est même presque redondant. Un peu comme de présupposer la faim pour aller déguster un buffet.

Imaginez maintenant que vous êtes invité à un buffet. Vous vous acquittez du paiement et vous vous réjouissez beaucoup du repas. La salle se remplit, on ouvre enfin le buffet, et.... Les fruits sont en plastique, les pilons de poulet sont sculptés dans du polystyrène. C'est si bien fait que vous jureriez avoir senti leur odeur. Passablement irrité, vous reculez d'un pas et vous vous dites : « Bon, alors je vais savourer le bel aspect ». Vous vous émerveillez de l'habileté et des connaissances extraordinaires des chefs qui, derrière le buffet, vous décrivent de façon captivante le goût de fruits exotiques et de pilons marinés. Vous en oubliez presque votre faim - pour un temps. Mais au plus tard lorsque votre estomac gargouille - si fort que vous ne pouvez plus vous concentrer sur ce que disent les chefs de cuisine - vous ne désirez plus qu'une seule chose : que ce soit fini.

 

Qui d'autre que nous, les marmitons du théâtre, doit veiller à ce que personne ne reste sur sa faim en sortant de la salle ?

Qui d'autre que nous doit faire en sorte que l'humain soit au centre des préoccupations au théâtre ?

Et pas seulement au théâtre.

Qui d'autre que nous aussi doit s'indigner contre tant de trahisons, d'injustices et d'ignorance, de Rio à Istanbul en passant par Saint-Vith ?

Nous en avons la possibilité et les moyens. Il ne nous faut plus que le courage.

 

Le 26ème festival de théâtre est placé sous le signe de l'humain. Nous voulons vous signaler sans ambiguïté à vous, le spectateur affamé, et à nous-mêmes qui sommes les marmitons du théâtre, qu'il s'agit bien évidemment de vous, cher spectateur. Et que leur approche soit humoristique, dansée, tonitruante ou discrète, c'est sans ambiguïté que les compagnies que nous accueillons réfléchissent toutes avec sérieux aux questions les plus diverses de la condition humaine.

 

Nous, les humains de l'AGORA, nous réjouissons de la rencontre avec vous et nous vous souhaitons une bonne faim de théâtre.

Au nom de toute la troupe

 

Kurt Pothen et Roger Hilgers
direction artistique